Prédispositions à l’alcool

Rappelons que l’alcoolisme ou alcoolodépendance, ou éthylisme, est l’addiction à l’éthanol (alcool éthylique) contenu dans les boissons alcoolisées. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît depuis 1978 l’alcoolisme comme une maladie et le définit comme un « trouble mental et trouble du comportement » lié à l’ingestion fréquente d’alcool éthylique.

Est-on alcoolique de père en fils ?

Non, mais on sait depuis longtemps que la dépendance à l’alcool a une composante génétique, qui se transmet de génération en génération, et qui suggère l’existence de gènes de susceptibilité à l’alcoolisme.

****

À partir de quand est-on considéré comme alcoolique ?


La première chose qui va définir une personne alcoolique est son incapacité à se passer de boire. Il n’existe donc pas de seuil de consommation qui permettrait à coup sûr de limiter les risques pour la santé tout au long de la vie. Toutefois, Santé Publique France et l’Institut National du Cancer proposent une valeur repère unique aussi bien pour les hommes que pour les femmes exprimées sous la forme d’un nombre de verres d’alcool standard. Cette valeur repère est de 10 verres d’alcool standard par semaine, maximum, sans dépasser 2 verres standard par jour, et pas tous les jours.

****

Y a t-il un gène de l’alcoolisme ?

Non La dépendance à l’alcool fait partie de la 2ème catégorie, à savoir qu’il n’y a pas un gène identifié comme étant celui de l’alcoolodépendance, mais on en a identifié un certain nombre comme étant impliqués.

Non, la dépendance à l’alcool n’est pas causée par un gène identifié comme étant celui de l’alcoolodépendance, mais on en a identifié plusieurs comme étant impliqués dans ce phénomène.

Le gène ADH1B, par exemple, est impliqué dans la fabrication d’une enzyme dans le foie chargée de métaboliser l’alcool. Et le gène DRD2, lié aux récepteurs à la dopamine (un neurotransmetteur du cerveau), influe sur la vulnérabilité à la dépendance. Des variations dans ces gènes modifient notre réaction face à l’alcool. C’est donc en fait l’interaction complexe de plusieurs gènes qui augmente les risques de dépendance. Disons qu’ils peuvent nous rendre plus « fragiles ».
Mais Le gène ADH1B, par exemple, est impliqué dans la fabrication d’une enzyme dans le foie chargée de métaboliser l’alcool. Et le gène DRD2, lié aux récepteurs à la dopamine (un neurotransmetteur du cerveau), influe sur la vulnérabilité à la dépendance. Des variations dans ces gènes modifient notre réaction face à l’alcool. C’est donc en fait l’interaction complexe de plusieurs gènes qui augmente les risques de dépendance.

****

100% de l’alcoolisme est lié aux gènes ?

Non ! Des études réalisées sur des jumeaux montrent qu’au maximum 35 à 40% du risque de développer une dépendance à l’alcool est déterminé par les gènes. La part restante est liée à des facteurs environnementaux et des situations de vie qui sont réellement déterminants !

****

Quels sont ces facteurs environnementaux qui augmentent le risque d’addiction à l’alcool ?

En tout premier lieu on trouve l’environnement familial. Si, dès le plus jeune âge, l’alcool est facile à obtenir, qu’ingérer une grande quantité d’alcool est considéré comme normal, alors, on aura tendance à boire de l’alcool très jeune.
Le risque d’alcoolisme augmente si un, ou les deux, parents consomment de l’alcool ou d’autres drogues. De même, des mauvais traitements et des abus sexuels augmentent le risque de dépendance à l’alcool. Faire goûter de l’alcool à un enfant facilite l’initiation de la consommation à l’adolescence et le binge drinking : consommation excessive de boissons alcoolisées en très peu de temps.

Vous serez plus à risque d’avoir des problèmes d’alcool si vous avez été exposé précocement à l’alcool que ce soit in utero et/ou pendant l’adolescence. Un ado de 11-12 ans qui consomme de l’alcool a 10 fois plus de risque de développer une dépendance qu’un adolescent qui commence à consommer de l’alcool vers 18 ans.

Les amis et la publicité peuvent aussi exercer une influence. Des problèmes relationnels peuvent vous inciter à boire.

Toutefois, les personnes ayant des facteurs de risque ne deviennent pas toutes alcooliques et, à l’inverse, les personnes sans facteurs de risque peuvent aussi devenir accros à l’alcool.

****

Quels sont les facteurs de risques individuels ?

Un homme a trois fois plus de risques qu’une femme d’avoir un problème avec l’alcool.
Plus on a consommé de l’alcool à un jeune âge, plus le risque est grand de devenir alcoolique à l’âge adulte.
Les personnes ayant des problèmes de santé psychiques comme la dépression, l’anxiété, la schizophrénie ou les troubles bipolaires consomment davantage d’alcool afin d’adoucir la souffrance due à leur maladie.
La consommation de substances addictives telles que le tabac, les drogues ou les médicaments augmentent aussi le risque.

****

Dis-moi où tu es né, je te dirai si tu bois…

Un peu facile comme conclusion mais il est vrai que nous ne partons pas tous avec les mêmes risques.

L’environnement des adolescents a donc un réel impact sur leur consommation d’alcool. Les régions où la population consomment le plus sont (fréquence de consommation quotidienne) les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie. Les régions où la consommation d’alcool est la moins fréquente sont l’Ile-de-France (7,1 %), Normandie (7,9 %) et Pays de la Loire (8,1 %). Un adolescent qui grandit dans une région où la consommation d’alcool est très répandue et élevée a plus de risque de banaliser une consommation fréquente et importante d’alcool.

Chez les plus jeunes (18-30 ans), c’est en Bretagne, Pays de Loire, Martinique et Guyane que la consommation d’alcool est plus élevée ! Quand au binge drinking c’est chez les bretons qu’il est le plus présent !

****

Je me sens concerné, que faire ?

Une des premières choses à faire est un bilan ! Cela va vous permettre de savoir quel est votre rapport à l’alcool et si c’est nécessaire que vous alliez plus loin dans la démarche. Si vous vous posez la question, il est probable que la réponse est oui. Vous êtes dans la bonne voie !

Grâce à Pulsio santé, spécialisé dans le repérage et la prise en charge des comportements addictif, vous pouvez réaliser un bilan gratuit ! Il vous suffit de CLIQUEZ ICI.

Si ce bilan met en évidence un ou plusieurs risques il va falloir vous entourer et vous faire aider par des professionnels qualifiés. Il existe des centres où vous pouvez disposer de (télé)consultations gratuites pour aborder le sujet sans vous engager trop lourdement. Il s’agit des CSAPA (les Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie). Cliquez ici pour trouver le CSAPA le plus proche de chez vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *