Comment gérer les fêtes de fin d’année sans finir écœuré et culpabilisé ?

Vous le savez tous, Noël c’est du gras, du sucre, de l’alcool pendant une soirée pour certains, et jusqu’à 5 jours pour les grandes familles. Mais cette abondance de nourriture souvent peu saine, a-t-elle un impact sur notre santé ?  Est-elle évitable ?

Avant de vous parlez de la manière de limiter vos apports énergétiques, nous allons vous présenter les 2 principaux impacts de ce marathon hypercalorique !

****

1er impact : la prise de poids.

Nous allons prendre l’exemple d’Emma qui rentre en Bretagne entre Noël et nouvel an. Emma ne va rien changer à sa routine d’activité physique, en revanche les nombreux repas familiaux sont plus riches que d’habitude. Nous estimons que tous les jours, elle mange environ 650 kcal de plus que d’habitude c’est à dire 100 grammes de riz de plus au déjeuner, 2 ferreros avec le café et une part du bûche au dîner. En continuant sur ce rythme pendant 7 jours, Emma arrive a un cumul de 4500 kcal soit 0.5 kilos … on vous laisse imaginer si elle avait eu 15 jours de congés ! Pour éviter cette prise de poids, minime, Emma devrait courir 1 heure par jour minimum ! Notons qu’Emma semble être raisonnable puisque selon les études, la prise de poids maximal, sur cette période va jusqu’à 1,4 kgs !

****

2ème impact : une augmentation de vos besoins journaliers

Le réel souci avec des repas copieux, c’est lorsqu’ils durent dans le temps ! Entre le « cheat meal » du dimanche soir et une semaine d’orgie, il y a une grande différence et l’impact n’est pas le même. Un seul repas un peu riche dans la semaine ne va pas induire de modification de vos besoins énergétiques. En revanche, si vous habituez votre corps à un apport calorique important pendant plusieurs jours celui-ci risque vite de s’y habituer et il vous sera ensuite difficile de revenir à vos besoins journaliers habituels. De plus, notons que la quantité de sucrerie ingérée va créer chez vous une sorte d’addiction qu’il sera difficile de stopper.  Pour plus d’infos, nous vous conseillons de lire les différents études qui montrent que le sucre serait plus addictif que la cocaïne.

****

 

Maintenant que nous vous avons mis en garde sur des impacts négatifs, les plus importants, sur votre santé nous allons vous exposer les solutions envisageables pour limiter ces excès.

****

1ère solution : Il est important de mettre votre estomac sur pause

Il est fort possible que vos repas durent des heures mais êtes vous pour autant obligés de manger pendant des heures ? Dans la mesure du possible, lorsque vous avez décidé d’arrêter de manger, ne vous re-servez plus ! Vous pouvez profitez des repas conviviaux du déjeuner et du dîner mais essayer de vous passer d’un goûter.  Dans l’idéal il faudrait qu’il y ait 3 heures minimum entre deux repas au risque de perturber votre système digestif qui n’a pas le temps de bien digérer chaque aliment.  

****

2ème solution : Pour une fois on vous autorise un petit déjeuner très light

Nous avons pour habitude de vous dire de bien manger le matin, environ 30% de vos apports journaliers soit environ 600 kcal. Pour une fois, nous allons vous conseiller de manger assez light surtout si le repas de la veille à été copieux ! Privilégiez les fruits, les boissons peu sucrées et on évite les tartines pain-beurre-confiture, les viennoiseries, les pâtes à tartiner. Mais surtout faites en fonction de votre faim. 

****

3ème solution : Ne faites pas de diète avant Noël

Par anticipation, certains pensent qu’un petit régime intensif serait pertinent avant Noël, ce n’est pas le cas ! Le gros risque serait de mettre votre corps en mode “famine”. Et, dès que vous allez, enfin, apporter de la nourriture en quantité suffisante alors votre corps va stocker immédiatement afin de ne plus se retrouver dans cette situation hypocalorique. On ne vous dit pas non plus de commencer l’orgie une semaine avant, bien au contraire ! 15 jours avant, essayer de privilégier les légumes, les fruits et une alimentation pauvre en graisses et sucres, tout en n’ayant pas de sensation de faim sinon vous tombez dans la “diète”.

****

4ème solution : Marcher ! 

Evidemment, nous n’allons pas vous conseiller de suivre un cours de zumba en sortant de table avec la pintade du repas encore sur l’estomac.  Mais nous vous conseillons fortement d’aller faire une marche digestive  ! Cela vous permettra de brûler des calories (environ 200 en 1h), de vous aérez l’esprit, et faciliter votre digestion… De plus, être actif dans l’heure qui suit votre repas aide à protéger l’appareil cardiovasculaire des maladies. Quand un repas est trop riche en graisse, les lipides augmentent dans le sang et donc le taux de triglycérides. Le sport, quant à lui, va aider à faire baisser ce taux de triglycérides.

****

Même si nous savons que nos lecteurs suivent assidûment nos conseils, nous vous donnons rdv en janvier pour vos donner quelques solutions « detox » pour débarrasser votre corps des graisses et autres toxines accumulées pendant les fêtes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *