Faire du sport dans la pollution ?

Poubelles, encombrants, algues vertes… Malheureusement il est facile de faire une liste de ce qu’évoque pour nous la pollution. Aujourd’hui, nous allons parler de la pollution la plus vicieuse car pas toujours visible : la pollution de l’air ! Phénomène très préoccupant, surtout dans les grandes villes !

Pour bien comprendre comment elle impacte notre santé, nous allons repartir du début avec un peu d’anatomie 😉

Comment fonctionne notre poumon ?

****

Le poumon est un organe qui assure les échanges gazeux entre l’organisme et l’air ambiant. Il est indispensable à la respiration puisque c’est lui qui distribue l’oxygène dans l’organisme et permet d’en évacuer le dioxyde de carbone !
Chez l’être humain et la plupart des animaux, le poumon est un organe pair. Les poumons sont situés dans le thorax, plus particulièrement au sein de la cage thoracique dont ils occupent la majeure partie.

Que se passe-t-il dans nos poumons quand on fait du sport ?

****

Lors d’une activité physique, votre organisme a besoin de plus d’oxygène. Pour avoir plus d’oxygène, il faut inspirer plus d’air ce qui est possible grâce au déploiement des poumons. Le même phénomène se déroule au niveau de l’expiration pour rejeter dans l’air une quantité plus importante de gaz carbonique.  

Qu’y a t-il dans l’air que nous respirons ?

****

Tout d’abord, précisons que l’air n’est pas un corps pur mais bel et bien un mélange !

L’air ambiant est constitué de 78 % de diazote (N2), de 21 % dioxygène (O2) mais également d’autres gaz (dioxyde de carbone, vapeur d’eau, hélium…).

A cette composition s’ajoute des polluants : activités domestiques, industrielles, agricoles, transport des personnes et des marchandises… Stimul est basé à gare de l’Est à Paris, et comme vous le savez il y a plus de voitures que de vaches ou de tracteurs, ce sont donc les transports qui polluent majoritairement l’air Parisien. Nous allons vous épargner le débat sur les transports en commun, l’écologie, les moyens financiers… Concentrons-nous sur l’impact sur notre santé !

Organes respiratoires exposées aux particules fines

J’imagine que vous avez dû entendre parler des particules fines. Il s’agit d’un ensemble de substances particulaires microscopiques solides ou liquides qui restent en suspension dans l’air. Plus ces particules sont petites, plus elles pénètrent facilement dans nos poumons.

La pollution ça tue ?

****

Malheureusement oui ! A l’échelle de la planète, la pollution tue plus que le tabac ! Les décès liés à la pollution sont dûs essentiellement à des maladies cardiovasculaires (notamment infarctus et AVC). Les chercheurs allemands estiment que la pollution prive les citoyens européens de 2,2 années d’espérance de vie.

Le « problème » avec l’activité physique c’est qu’on inhale beaucoup plus d’air donc beaucoup plus de particules fines qu’à l’état de repos. Le volume inhalé est multiplié par 5 !

Les effets sur la santé sont désastreux ! En voici quelques-uns : réactions inflammatoires des poumons, symptômes respiratoires, effets néfastes sur le système cardiovasculaire jusqu’à une aggravation de l’asthme, bronchites chez les enfants, réduction des fonctions pulmonaires, réduction de l’espérance de vie…

Quelle conclusion ?

****

Faire de l’activité physique c’est bon pour la santé mais respirer l’air pollué ça ne l’est pas . L’objectif est donc de savoir si les bénéfices liés à l’activité physique sont supérieurs aux méfaits de la pollution ! Pas simple.

La réponse est pourtant unanime ! Faire du sport dans une zone polluée n’enlève rien aux bénéfices de l’activité physique pour la santé cardiaque.

Une équipe de chercheur a évalué les niveaux d’activité physique en plein air et de dioxyde d’azote ingéré et la santé cardiaque de plus de 50 000 personnes. Les résultats montrent par exemple que des niveaux plus élevés de NO2 sont associés à plus de crises cardiaques, MAIS ce risque est plus faible chez les actifs ! Pour plus d’infos sur cette étude, cliquez ici.

Nous sommes désolés de décevoir tous ceux qui pensaient avoir trouvé l’excuse idéale pour ne pas faire de sport à Paris 😉

Quels conseils sont à appliquer ?

****

1.Privilégiez les espaces verts

2.Il faut privilégiez la respiration par le nez, qui est un excellent filtre à particules.

3.Privilégiez les sites en hauteur/altitude

4.Privilégiez les activités physiques à intensité modérée

5.Évitez toute activités lors des pics de pollution : certains éléments toxiques ont des impacts sur la réactivité vasculaire avec un risque d’accident vasculaire !

6.Consultez les sites spécialistes de la qualité de l’air ici

7.Faites votre séance sous la pluie ! La pluie « nettoie mécaniquement l’atmosphère »

Les fausses bonnes idées !!

****

Aller à la salle de sport pour mieux y respirer ? Mauvaise idée ! Faire du sport en salle par exemple n’est pas sans risque car l’on rencontre une pollution intérieure qui peut aussi être toxique pour l’organisme. Elle est différente de la pollution extérieure mais peut être issue de colles et solvants ce qui la rend très néfaste pour le corps.

Courir ou rouler avec un masque ? Mauvaise idée ! Le masque filtre uniquement les plus grosses particules. Les particules fines, plus dangereuses, vont elles réussir à passer à travers. Ayant plus de difficultés à respirer, la personne va donc hyper-ventiler, respirer et inhaler d’autant plus ces particules »

On teste les nasofilters ?

****

Les nasofilters = bouchons filtre à nez. Il s’agit de deux filtres de quelques millimètres d’épaisseur disposés à l’entrée du nez. Leurs fibres permettent une filtration à la surface lors d’une inspiration, puis le filtre relâche les particules accumulées à chaque expiration. Sans surprise, cette invention nous vient tout droit d’une ville très polluée : New Delhi !

Il est difficile de dire si c’est une bonne ou mauvaise idée ; il n’y a pas assez d’études et de retours à ce sujet. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience en commentaire si vous les avez testé.

Bonus : expérience chimique à faire avec vos enfants !

****

L’air que l’on expire contient du CO2 (dioxyde de carbone)… Comment en faire la démonstration a un enfant ?

Rappelez vous vos cours de 5ème et du « test de reconnaissance du dioxyde de carbone ». L’ingrédient principal de ce test est de l’eau de chaux. C’est un liquide initialement incolore mais en présence de dioxyde de carbone, elle prend une couleur blanchâtre : on dit que l’eau de chaux se trouble. Il suffit donc de souffler dans ce liquide à l’aide d’une paille 😉

Pour plus d’infos sur le test cliquez ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *